Références urbaines

DSCF1492

«Investir des micros friches en cœur de bourg à BEGARD»

Mission: 2014/2018 – Étude de recomposition urbaine suivi d’une maîtrise d’œuvre partielle des espaces publics.

Équipe: Atelier LG (mandataire)

En 2014, la commune de BEGARD accompagnée par l’EPFB a lancé une étude de programmation urbaine sur trois parcelles situées en cœur de bourg :

– une parcelle/îlot quasi construite voisine de la mairie, avec un ancien garage de véhicules agricoles, son grand logement de fonction, des annexes et une ancienne forge.

– une parcelle étroite comportant une maison de bourg en alignement sur l’une des deux rues principales, et plusieurs annexes.

– une troisième parcelle dans la continuité de la seconde, non construite.

 

1. Boulevard urbain de l’Avenue Général de Gaulle, et devenir de la frange Est de la ZI .

L’objectif de l’étude était de tester le potentiel des lieux, d’évaluer la mutabilité du tissu urbain industriel existant . Une maquette 3D de principe a été réalisée à cette occasion. Les orientations proposaient notamment l’implantation d’une programmation mixte avec un multiplexe, un nouveau centre commercial, ainsi qu’un gabarit de réserve sur le boulevard, pour installer un TCSP.

2. Le secteur du camping des Nielles.

L’étude visait à déterminer les différentes programmations possibles et les principes d’implantation pour assurer une greffe urbaine la plus douce possible sur ce site exceptionnel, véritable « balcon sur la plage ».

3. Le secteur rue Villebois Mareuil.

La mairie s’interrogeait sur le devenir de l’ancienne maison associative et de ses abords. L’étude a permis de donner les principales orientations pour un renouvellement urbain à l’échelle de l’îlot. Les principes retenus ont permis de développer une trame d’itinéraires et d’espaces publics piétons qui renforcent le confort et l’habitabilité des lieux, du quartier. La programmation de logements retenue fait la part belle à une densité forte en adéquation avec le développement du quartier.

4. Composition d’un plan directeur sur le secteur du campus.

L’enjeu est de pouvoir déterminer les principales orientations en matières d’implantation, au regard des futurs développement urbains : développement des itinéraires piétons, valorisation des équipements sportifs existants, localisation et gabarit de nouveaux bâtis (ENSM-SM et CEZAM II, IFSI, maison vie étudiante).

5. En cours/ Secteur de TREHOUARD.

Sur ce secteur, il s’agissait de proposer un plan directeur de recomposition urbaine qui fera suite à la démolition d’immeubles de logements existants vétustes.

6. En cours/ Secteur de l’école des Cottages.

Situé dans un secteur pavillonnaire à proximité du nouveau palais de justice de St Malo, l’îlot mis à l’étude comporte une ancienne école, une salle de sport et des immeubles d’habitation. L’étude est actuellement en cours.

 



herouville st clair 2

«Quartier du Val à HEROUVILLE ST CLAIR, rencontre avec un patrimoine urbain et architectural du XXe siècle»

Mission: 2008 – AMO

Équipe: ARDISSA, mission réalisée en tant que chargée d’étude chez ARDISSA.

Le projet de démolition et de réhabilitation d’un ensemble d’habitations gérés par un bailleur social suscitait de vives réactions des habitants. Cet ensemble s’inscrit dans le quartier du Val en lisière d’un parc urbain.

Les immeubles sont composés de modules conçus sur la base du plan de l’architecte MAILLARD. Les logements sont multi-orientés et disposent de terrasses et balcons.

Ce quartier même si il a subit avec le temps quelques dégradations reste néanmoins très apprécié par ses habitants.

La mairie a souhaité être accompagnée sur ce projet de renouvellement urbain, en lançant cette étude, avec un double objectif :

– désamorcer la situation de conflit entre le bailleur et les habitants du quartier et arriver à une solution faisant l’unanimité.

– engager une réflexion globale sur l’aménagement du quartier et du parc.

La méthode observée pour répondre à ces différents enjeux, s’est déclinée en deux temps :

– l’animation d’ateliers thématiques, avec autour de la table les habitants du quartier, les bailleurs, avec un travail de diagnostic et d’analyses du quartier partagé.

– une synthèse programmatique chiffrée et phasée.



st malo 1

«Projet ANRU, quartier de la Découverte à ST MALO »

Mission: 2007 à 2013 – Plan d’épannelage, cahier de prescriptions architecturales – AMO

Équipe: Atelier LG (mandataire), GUIMART ET PIERROT (bureau VRD et paysagiste DPLG), COFITEC Ingénierie (économiste de la construction)

Cette mission d’AMO, s’est déroulée dans le cadre d’un projet ANRU. Le projet de la mairie réside dans l’ouverture du quartier sur le reste de la ville, tout en créant une diversité d’écriture architecturale. Pour y parvenir, la mairie a souhaité s’entourer de plusieurs équipes. Le périmètre d’étude est divisé en 6 secteurs, deux paysagers et quatre architecturaux. Deux secteurs ont été confiés au bureau d’étude ARDISSA, pour lequel est intervenu l’Atelier LG en sous-traitance.

Le quartier se compose d’un ensemble d’immeubles d’habitations conçus par l’architecte de la reconstruction d’après-guerre de St Malo, l’architecte Louis ARRETCH. Il était jusqu’à présent enclavé, avec des espaces publics distendues, dans aucune consistance.

Le projet urbain de réhabilitation et de résidentialisation proposait :

– une déclinaison d’espaces intermédiaires des jardins, entre le public et le privé.

– une optimisation et une nouvelle répartition des places de parking.

– une nouvelle façade urbaine sur l’Avenue Général de Gaulle.

– des cœurs d’îlots paysagers.



barneville carteret

«Une liaison urbaine entre BARNEVILLE ET CARTERET»

Mission: 2007 – Étude de définition et de programmation urbaine.

Équipe: ARDISSA, mission réalisée en tant que chargée d’étude chez ARDISSA.

Le projet d’aménagement se situé sur un secteur à fort enjeu paysager. La commune littorale de BARNEVILLE CARTERET a cette particularité de posséder deux centres-bourgs. Le secteur mis à l’étude est localisé entre ces deux polarités. Les orientations d’aménagement sont présentées dans un plan masse de principe, et déclinent une diversités de formes architecturales s’inspirant des modèles traditionnels existant : maison de bourg, maisons de pêcheurs… Les propositions faites proposent d’implanter, une extension du port de plaisance, d’aménager les rives, d’implanter un casino.

Le déroulement de l’étude est passé par une première phase d’analyse de l’existant composé de hameaux de pêcheur et de maisons de maîtres qui a abouti à des recommandations architecturales. Le deuxième temps a permis de décliner des scénarios intégrant la possibilité d’intégrer une extension du port de plaisance.

 



montebourg 2

« Un patrimoine architectural d’après-guerre en centre ville à MONTEBOURG »

Mission: 2010 – Études préalables PLU de la commune de MONTEBOURG

Équipe: Atelier LG (mandataire), GUIMART ET PIERROT (bureau VRD et paysagiste DPLG), COFITEC Ingénierie (économiste de la construction)

La commune de Montebourg est située en Haute Normandie, entre Carentan et Cherbourg.

Montebourg a cette particularité de présenter une morphologie très urbaine notamment sur son centre.

Les études préalables ont permis de mettre en avant la présence d’un patrimoine urbaine d’après-guerre à valoriser.

L’analyse du tissu urbain, des densités présentes, et des secteurs urbains potentiellement renouvelables ont permis à la mairie de projeter un développement de la commune en limitant l’étalement urbain. Les zones anciennement urbanisables sur l’ancien POS ont été divisées par 5 pour le PADD.

Voici quelques éléments de synthèse ressortant de l’étude et de l’analyse urbaine de la commune:

– Mettre en valeur et préserver le patrimoine urbain et architectural de la reconstruction. (effacement des réseaux aériens).

– Espaces publics à requalifier: trouver des solutions d’aménagement proposant une vraie place aux piétons en cœur de bourg (place St Jacques, place Pellerin), favoriser la mise en place de modes doux (pistes cyclables, cheminements piétons…).

– Intégrer les différents rythmes de vie des places (stationnement pendulaire, fêtes et foires agricoles) dans le réaménagement des espaces publics.

– Mettre en réseau et préserver le cordon d’espaces publics naturels et d’intérêt patrimoniale en limite de commune Est le long de la Durance.

– Recréer et renforcer le confort et l’accessibilité des espaces publics sur la base d’une trame paysagère.

– Promouvoir de nouvelles formes urbaines environnementalement viables.

– Renforcer la mise en sécurité des entrées de ville.

– Proposer une séquentialisation de la traversée du centre bourg, objectif principale, confort et sécurité. (ralentissement, atténuation des nuisances sonores, accessibilité)